Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Gestion Efficiente, Faciliteurs de Gestion

"Je suis sûr que derrière le RSI se cache une bombe nucléaire". Pascal Geay, président de l'association "Sauvons nos entreprises", pointe du doigt l'opacité du Régime Social des Indépendants dont l'un des agents a tenté le week-end dernier d'extorquer 2.000 euros à un adhérent à Orléans. Le point sur l'affaire.

 

Source : Sébastien Pommier pour LEntreprise.com

 

La grogne monte contre le Régime social des Indépendants (RSI). En cause, l'interpellation en flagrant délit de corruption, d'un agent de la caisse régional du Centre qui s'apprêtait à extorquer 2.000 euros à un assuré en échange d'une réduction de ses cotisations. L'assuré, adhérent à l'association "Sauvons nos entreprises", dont la lutte contre le RSI est un cheval de bataille, avait pris soin de consulter cette dernière pour mener à bien l'opération de flagrant délit en collaboration avec la Brigade anti-criminalité (BAC) d'Orléans (Loiret).

 

 

Les faits

 

Un artisan du Loiret, spécialisé dans la réparation de camions et dont l'entreprise connait des difficultés, passe un coup de téléphone à sa caisse pour trouver une solution dans le paiement de ses cotisations. "Il se rend alors compte que l'agent est prêt à l'aider, moyennant finance", explique Pascal Geay, président de l'association " Sauvons nos entreprises " (SNE). A croire l'assuré, l'agent pouvait effacer purement et simplement sa dette des fichiers informatiques du RSI.

 

 

http://lentreprise.lexpress.fr/medias/80/41094.jpg

C'est à la sortie de ce fast-food d'Orléans (Loiret) que s'est déroulé samedi 7 septembre 2013 l'arrestation d'un agent du Régime Social des Indépendants (RSI). L'homme venait d'extorquer 2000 euros à un assuré.

 

 

L'interpellation

 

Sur les conseils de l'association, le chef d'entreprise prend contact avec la police d'Orléans et, parallèlement, fixe rendez-vous à l'agent du RSI dans un fast-food. Sur place, samedi 7 septembre, ce dernier lui demande 2000 euros en échange d'une réduction de ses mensualités. Une conversation qu'enregistre alors le chef d'entreprise à l'insu de l'agent. A sa sortie du restaurant, l'homme est interpellé en flagrant délit par la BAC, qui le place en garde à vue. L'employé agé de 42 ans, reconnait les faits. Il est libéré dans la soirée...

 

 

Le RSI dans le collimateur

 

Un cas isolé? Pascal Geay en doute. "Comment est-il possible qu'un agent seul puisse effacer 6.000 euros de cotisations d'un seul clic. On peut dès lors imaginer, que dans l'autre sens, ils puissent en rajouter." Cet ancien chef d'entreprise rochelais mène depuis trois ans le combat des petits chefs d'entreprises "contre les charges abusives du RSI". " Ils nous racontent toujours la même histoire. On nous dit que c'est un problème informatique, mais le RSI est une machine opaque. On ne sait pas qui pilote réellement le régime, où va l'argent et quel est le montant total des cotisations ", souligne Pascal Geay qui brandit ce qu'il qualifie comme une "une lettre de menace" (à lire ci-dessous) en date du 6 août dernier, signée du Directeur Général du RSI, Stéphane Seiller (nommé par décret en juillet 2011 par Nicolas Sarkozy), lui demandant expressément de retirer de son site "les propos portant atteintes aux intérêts du RSI", faute de quoi il pourrait porter plainte pour diffamation.

 

 

Manifs et politiques

 

Cette affaire de chantage sera-t-elle la goutte d'eau qui fera déborder le vase des contestations ? Une énième manifestation est prévue ce mardi 10 septembre devant la Caisse régional de Niort. Un appel des chefs d'entreprises qui devrait s'étendre aux autres régions françaises, selon Pascal Geay. De son côté, l'association SNE s'est vue promettre un rendez-vous lors de l'université d'été du PS à La Rochelle. " avant fin septembre ", avec le cabinet de la ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel. Un dossier qui pourrait rebondir du côté de l'opposition, l'affaire étant suivit de près par le sénateur du Loiret (UMP) Jean-Noël Cardoux d'une part, et l'ancien ministre du Travail, Xavier Bertrand, d'autre part.

 

Très décrié depuis plusieurs mois suite aux difficultés des adhérents à faire valoir leurs droits à la retraite ou à la couverture maladie, le RSI a indiqué par communiqué vouloir prendre des sanctions contre son agent. Et se dit " déterminé sans attendre à déposer plainte et à prendre toutes les mesures disciplinaires conservatoires nécessaires ". Affaire à suivre.

 

 

http://lentreprise.lexpress.fr/medias/80/41110.jpg

 

http://lentreprise.lexpress.fr/medias/80/41101.jpg

Extrait d'une lettre de la direction du RSI à l'association "Sauvons nos entreprises"



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article