Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Gestion Efficiente, Faciliteur de Gestion

2011, année de crise et de croissance "molle". Pourtant, les entrepreneurs n'ont pas cessé de lancer des entreprises et le nombre de défaillances a baissé (- 2,5 %). L'Entreprise et Coface Services ont dressé un palmarès des créations et des défaillances d'entreprises par département.


Le bilan est paradoxal : crise à tous les coins de rue... sans impact criant sur le terrain des créations et défaillances d'entreprise. Bien sûr, on observe, sur douze mois glissants, de novembre 2010 à novembre 2011, une baisse du nombre de créations de 17 %. Mais ce sont quelque 583 470 entreprises qui ont été créées, soit, rapporté au nombre total d'entreprises, un taux de création de 7,4 %.


Cette baisse du nombre de créations doit d'ailleurs être relativisée car la comparaison avec les chiffres de l'année N-1 se fait sur 2010, qui était une année record, boostée par l'engouement pour le statut d'auto-entrepreneur qui représentait alors plus de la moitié des créations. En 2011, le succès de ce statut a diminué : les créations d'entreprises individuelles - majoritairement des auto-entreprises - ont baissé de plus de 20 %.


 Si l'on observe une baisse des créations d'environ 10 à 20 % à l'échelon départemental, la diminution du nombre de créations de sociétés commerciales (SA, SARL, SAS...) n'est elle que de 4 %.


Sauf pour quelques activités impactées par des décisions publiques telles que le photovoltaïque dans le secteur de l'énergie (- 65 % de créations sur les douze derniers mois après une explosion en 2009). Parmi les secteurs les plus dynamiques, on note toujours les services aux entreprises (18 % des créations), le BTP (17,6 %), les services aux particuliers (13 %).


 Au final, le paysage en 2011 a été moins impacté par la crise que le discours ambiant ne le laissait supposer. Sans surprise, notre palmarès montre une surreprésentation de Paris et de l'Ile-de-France concernant la création d'entreprise (sept départements sur les vingt premiers).


A cet égard, le bon score enregistré par la Seine-Saint-Denis est à mettre sans doute en corrélation avec son nombre élevé de demandeurs d'empoi quand on sait qu'un tiers des nouvelles entreprises sont le fait de chômeurs qui créent leur emploi.


  Departement (dept) Créations 2011 (12 mois glissants) Taux de créaion 2011 Défaillances 2011 (12 mois glissants)
1 VILLE DE PARIS (75) 49280 7,4% 3875
2 BOUCHES-DU-RHONE (13) 22919 8,5% 2471
3 RHONE (69) 19869 8,8% 1775
4 HAUTS-DE-SEINE (92) 18335 9,2% 1230
5 NORD (59) 18264 8,4% 2376
6 ALPES-MARITIMES (06) 17237 8,3% 1629
7 GIRONDE (33) 16221 8,1% 1602
8 SEINE-SAINT-DENIS (93) 14871 10,7% 1540
9 HERAULT (34) 14582 8,1% 1377
10 HAUTE-GARONNE (31) 14016 9,1% 1278
.. .. .. .. ..
13 YVELINES (78) 12220 9,0% 1008
14 SEINE-ET-MARNE (77) 11490 9,5% 1108
17 ESSONNE (91) 10217 9,7% 924
18 VAL D'OISE (95) 9886 9,8% 1099
39 LOIRET (45) 4995 8,0% 574
44 INDRE-ET-LOIRE (37) 4585 7,4% 457
60 EURE-ET-LOIR (28) 3042 7,1% 342
68 LOIR-ET-CHER (41) 2390 6,9% 367
75 CHER (18) 2016 6,1% 290
88 INDRE (36) 1482 5,4% 210
89 NIEVRE (58) 1421 5,4% 184
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article