Les courageux chefs d’entreprise sont découragés…

Publié le par Gestion Efficiente, Faciliteur de Gestion

Une réflexion fort juste dans laquelle nous nous reconnaissons. Et vous ?


Par Pascal Puireux, paru sur NetPME

 

On le sait, jamais le moral des patrons n’a été aussi bas. Outre les effets dévastateurs de la crise, il faut dire aussi que jamais les entrepreneurs n’ont été autant critiqués et malmenés. On les accuse de tous les maux (fraude fiscale, délocalisation à tout va, licenciement abusif…). Pourtant, et j’en rencontre tous les jours, la majorité des dirigeants sont avant tout des hommes et des femmes honnêtes qui œuvrent chaque jour pour faire avancer leur entreprise, avec tous les obstacles et autres tracasseries administratives et sociales à surmonter.

 

Tous les patrons ne sont évidemment pas des voleurs, ni des escrocs, encore moins des bandits. Une telle image n’est pas digne de celles et ceux qui, au contraire, prennent tous les jours des risques, engagent souvent leur patrimoine personnel, ne comptent pas leurs heures pour sauver leur entreprise, et donc, les emplois.

 

La plupart des dirigeants avec lesquels je travaille sont propriétaires de leur affaire. Ils ne font pas partie de ces grands patrons d’entreprises du CAC 40, ni de ces grandes multinationales qui sont souvent dirigées par des cadres dirigeants salariés, souvent en place pour un moment seulement…

 

Celles et ceux que je côtoie au quotidien se demandent comment ils vont pouvoir poursuivre « l’aventure entrepreneuriale », en cette période de crise, la plus dure de notre histoire. Où trouver les ressources nécessaires et indispensables pour la survie de leur entreprise ? A quoi bon prendre tous ces risques, consacrer autant d’énergie, mettre parfois en péril son équilibre personnel et familial pour, en fin de compte, « récolter » les miettes, assurer tous les risques pénaux et financiers et subir toutes ces railleries autour du thème de « patron voyou » ?

 

Quand va-t-on enfin comprendre qu’on n’a jamais eu tant besoin de ces entrepreneurs, celles et ceux qui créent la richesse dans ce pays ? Évidemment, les salariés qui contribuent à l’évolution de l’entreprise sont eux aussi importants, sinon ils ne seraient pas là, mais, quoiqu’on en dise, la responsabilité du succès ou de l’échec, c’est souvent au patron qu’on la doit. C’est lui qui fixe le cap, donne la direction, prend les décisions et, évidemment, les assume.

 

Heureusement, beaucoup d’entre eux conservent encore la passion. Malgré les tumultes liés à la crise, certains continuent d’investir, de créer, d’innover, de lancer de nouveaux projets. Mais, de toute façon, ont-ils vraiment le choix ?

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article